Le sel est-il bon pour la santé ?

Publié le : 24 janvier 20228 mins de lecture

Le sel est vital pour notre corps, car sans sel, certaines fonctions corporelles ne pourraient pas être maintenues. Cependant, nous ne devons pas ingérer trop de sel, c’est particulièrement vrai pour les personnes souffrant d’hypertension ou de problèmes rénaux. Sinon, elles peuvent développer des problèmes de santé. On révèle la fonction du sel dans l’organisme, si sa consommation comporte des risques et quelle quantité de sel il faut consommer quotidiennement dans le cadre d’une alimentation saine.

De quoi est fait le sel ?

Le sel commun est constitué, comme le nom chimique du chlorure de sodium le suggère déjà, presque exclusivement des deux minéraux que sont le chlore et le sodium. Souvent, de petites quantités d’autres minéraux sont également contenues : par exemple, les sels peuvent également contenir des traces de calcium ou de magnésium. De nos jours, la plupart des sels courants sont enrichis en iode pour assurer l’approvisionnement en iode de la population. L’oligo-élément est important pour la glande thyroïde, car sans iode, elle ne pourrait pas produire ses hormones vitales. En plus de l’iode, certains sels de table contiennent également du fluor.

Le sel est vital

Le sodium contenu dans le sel a diverses fonctions dans l’organisme : par exemple, il est important pour la tension des tissus (pression osmotique) et influence donc l’équilibre des fluides et des nutriments du corps. Le sodium aide également à maintenir l’équilibre acido-basique et est essentiel dans la transmission des influx nerveux ainsi que la contraction musculaire. Cependant, en excès il peut avoir des conséquences délétères.

Équilibre hydrique

La concentration de sodium dans l’organisme régule les mouvements d’eau entre les différents compartiments intracellulaires et extracellulaires. Par des phénomènes d’homéostasie et d’absorption, le sodium en juste quantité est responsable de l’équilibre hydrique du corps.

Influx nerveux

La présence de sodium dans l’organisme rend possible la transmission de l’influx nerveux au niveau des neurones dans le cerveau via des phénomènes de polarisation.

Contraction musculaire

Une quantité suffisante de sodium permet aussi au mécanisme d’avoir des contractions musculaires.

Pression artérielle

Le sodium intervient aussi dans la régulation de la pression artérielle. Ainsi, une forte consommation de sodium augmente sensiblement la pression artérielle et vice versa. C’est pourquoi, dans les cas d’hypertensions artérielles, on recommande souvent un régime plus ou moins désodé.

Le sel, un danger pour la santé ?

Pendant des années, un régime alimentaire riche en sel a été considéré comme un facteur de risque pour le développement de l’hypertension artérielle. Mais la question de savoir si c’est vraiment le cas est maintenant contestée par les scientifiques. Des études récentes suggèrent que même une consommation très élevée de sel n’augmente que très peu la pression artérielle. En revanche, un régime pauvre en sel ne pourrait faire baisser la pression artérielle que de façon minime.

Cependant, pour certaines affections telles que l’hypertension, la cirrhose du foie ou la réduction de la fonction rénale, il est important de maintenir un faible apport en sel. Sinon, vous risquez de souffrir de problèmes cardiovasculaires ou – si votre fonction rénale est altérée, d’un œdème. Même les personnes en bonne santé ne doivent pas en faire trop, il vaut mieux trouver un bon compromis. Trop peu de sel ne semble pas non plus être bon : une étude belge suggère qu’une consommation trop faible de sel peut entraîner des problèmes de santé. Selon les chercheurs, les personnes qui n’ont qu’une faible teneur en sel dans leurs urines ont un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires. Mais le résultat de cette étude est également controversé.

Quelle quantité de sel est bonne pour la santé ?

Pour être sûr, il est préférable de choisir le juste milieu : pas trop de sel, mais pas trop peu non plus. Il n’existe pas de directives uniformes pour la consommation de sel. En général, cependant, il est conseillé aux jeunes et aux adultes de consommer entre cinq et six grammes de sel par jour.

Cependant, la consommation de sel est dans certains cas nettement supérieure aux recommandations. Les hommes consomment environ 8,8 grammes de sel par jour, les femmes 6,3 grammes. La différence entre les sexes s’explique probablement par le fait que les femmes consomment des produits fortement salés comme la saucisse ou la viande en plus petites quantités.

Le sel dans les aliments

La forte consommation de sel est principalement due aux sels cachés dans les aliments. Souvent, nous ne remarquons même pas que nous mangeons quelque chose de salé. Environ 85 % de la consommation de sel se fait de cette manière. Le salage à table, en revanche, n’a généralement que peu d’importance.

De plus grandes quantités de sel sont contenues dans les saucisses et la viande, par exemple, mais aussi dans certains types de fromage. Le pain et les autres produits de boulangerie ainsi que les produits laitiers contiennent également de grandes quantités de sel. En règle générale, les produits finis sont également extrêmement salés, en particulier les conserves.

Comment réduire votre consommation de sel ?

Afin de ne pas perdre de vue votre consommation de sel, vous devez toujours cuisiner frais et si possible éviter d’utiliser des produits tout prêts. En outre, de temps en temps, vous devriez choisir consciemment des aliments à faible teneur en sel tels que les pommes de terre, les pâtes, le riz, les flocons d’avoine, les fruits, les légumes frais ou surgelés, le fromage blanc allégé et le yaourt.

En outre, les conseils suivants peuvent vous aider à éviter une consommation excessive de sel :

  • cuisinez ! La quantité excessive de sel ne se trouve pas dans celui que l’on ajoute. Dans 80 % des cas, le sel que nous consommons vient des plats tout préparés que nous achetons. En plus, le sel est un condiment « sournois » car il excite l’appétit. Vous vous en êtes sûrement rendu compte d’ailleurs, en mangeant des chips ou des cacahuètes ;
  • goûtez vos plats. L’utilisation de la salière se fait bien souvent de façon mécanique, sans même que l’on ait d’abord testé la saveur du plat. Prenez les pâtes. Vous avez une folle envie de spaghettis à la bolognaise ? Si vous utilisez une sauce industrielle, sachez qu’elle est déjà salée. Inutile donc de verser du gros sel dans l’eau de cuisson de la pasta ou sur la viande hachée ;
  • prenez le temps de lire les étiquettes. Il existe des pièges. Souvent les teneurs de sel sont exprimées en « Sodium aux 100 grammes ». Pour connaître la valeur réelle en sel, il faut multiplier ce chiffre par 2,54 ! Ne tombez donc pas dans le panneau. C’est vrai par exemple pour les eaux gazeuses ;
  • n’oubliez pas que des produits comme les fromages ou les charcuteries contiennent « naturellement » du sel. Modérez donc votre consommation.
  • sachez enfin qu’il existe des substituts au sel. Du sel sans sodium comme le K-sel où le sodium est remplacé par du potassium, mais aussi des épices et des herbes qui vous feront découvrir des saveurs nouvelles.

Découvrez les différents types de sucre
Le ketchup est-il un aliment sain ? Ce qu’il faut savoir

Plan du site